On observe en règle générale trois formes de compétitions : les démonstrations de tameshi wari (cassage), le kata (combat contre un ou plusieurs agresseurs imaginaires) et le shiaï ou kumite (combat en tant que tel).

Les démonstrations de tameshi wari sont très populaires dans certains styles de Karaté comme le Kyokushinkai. Le tameshi wari est pratiqué sur des planches de bois, des dalles de ciment, de la glace, etc. Ce sont des épreuves individuelles.

 

En ce qui concerne les démonstrations de katas, le pratiquant présente une série de mouvements de combat chorégraphiés. Tout est évalué : précision technique, compréhension du mouvement, respiration, puissance, coordination, rythme, équilibre et concentration. On assiste à des compétitions individuelles ou par équipes. En compétition par équipes, les concurrents exécutent leurs mouvements et simultanément et ce dans le plus grand synchronisme possible.

 

Enfin pour les compétitions de combat, on assiste à des combats qui durent de une à trois minutes. Les adversaires se saluent, le combat débute. En règle générale, les coups ne doivent pas être portés et doivent s’arrêter avant d’atteindre le corps de l’adversaire. Cependant certains styles de combat autorisent le contact : semi-contact, full-contact, fighting-karaté, kenka karaté, etc...
En toutes circonstances, les attaques à l’aine, à la gorge, aux articulations, à la colonne vertébrale, aux tempes et à l’arrière de la tête demeurent interdites. Dans certaines compétitions, le but du karatéka est de parvenir à appliquer une technique parfaitement contrôlée alliant l'exactitude de la position, précision, vigueur, rythme et attitude appropriée.
Le combat de compétition non-contact ou kumité ( 組手 ) se pratique avec un protège-dents, des gants rembourrés, des protège-tibias, un coquille pour les hommes et un protège-seins pour les femmes. Pour les petites catégories, les compétiteurs portent même des casques rembourrés et des plastrons.
Le combat se déroule sur un tapis de 8m x 8m et il oppose deux adversaires pendant 3 minutes pour les garçons et 2 minutes pour les filles.

Se présenter sur un tatami pour combattre un adversaire dont on ne sait rien, à part que, tout comme vous, il veut gagner, c'est avant tout se battre contre soi même : contre sa peur, ses doutes, son stress intérieur. Ce combat contre soi-même oblige le compétiteur à se remettre en question et favorise ainsi son développement en tant que karateka mais également en tant que personne. Il développe l'esprit Zanshin (残心 : vigilance contre l'adversaire).à dire qu'après un coup porté, le combattant doit rester constamment dans un état, tant physique que mental, permettant de porter un nouveau coup à son adversaire. L'exécution d'un coup, d'une action ne permet pas à l'esprit d'abandonner sa attention. L'adversaire peut bloquer, riposter à tout moment, revenir alors qu'on le croyait hors de combat.

Le combat développe aussi l'esprit de décision ou énergie pénétrante. Le kime est la manifestation ultime de l'efficacité en karaté do, mais également dans les autres arts martiaux d'origine asiatique. Le kime est souvent accompagné du Kiai, c'est-à-dire l'extériorisation spontanée de cette explosion énergétique.
C'est un cri puissant, plus ou moins long, provenant du hara (腹 : ventre), celui-ci étant défini comme le centre de l'énergie vitale. Dans cette voie martiale qu'est le karaté do, plus que la victoire, le but ultime est la maîtrise de l'esprit qui elle seule permet de dominer le corps. Le kime en est la parfaite illustration car il ne s'acquiert qu'après de longues années d'une pratique martiale assidue.

Dans une saison de karaté, les compétitions ne sont pas aussi nombreuses que dans d'autres sports, comme les sports collectifs, mais les déplacements sont souvent beaucoup plus longs. Il y a les compétitions techniques, les compétitions kumite, déclinées hiérarchiquement : compétitions de niveau départemental, régional, inter-régional, puis national pour les meilleurs. A cela s'ajoutent des compétitions amicales, des Coupes, organisées par d'autres ligues ou régions, et parfois même internationales.

 

Back to Top